28 mai 2018

Esclavage mental

 

Vous ne remarquez rien ?

 

 

blender

 

Même en Anglais, il n'est pas écrit  "Blender".

Nous utilisons un mot de consonance anglaise pour faire bien, pour montrer que nous appartenons à la modernité, parce que nous considérons notre langage à l'égal de bouseux. Et pour ne pas être bouseux, il faut acheter anglais, avec l'accent s'il vous plaît. Aucun autre pays n'est aussi malade que nous. Il n'y a qu'à traduire le reste de la notice pour comprendre :

- "Fabricateur de soupe" en Néerlandais

- "Machine à soupe" en Allemand.

- "Robot de cuisine pour la soupe" en Espagnol.

- "Mixeur pour la soupe" en Italien.

- "Fabricateur de soupe" en Anglais.

Pas un seul autre pays n'a recours à l'Anglais (à part la Grande-Bretagne bien entendu), ni au terme "blender". Mais nous, il nous faut du clinquant pour acheter, de l'étranger, du dominant.

Héritage de la révolution française et de la lutte acharnée contre les dérivés français régionaux, le résultat est aujourd'hui notre soumission naturelle à la nouvelle langue forte et unificatrice, l'Anglais. Un esprit de soumission. voilà ce que nous avons gagné à ne vivre que d'utopies délirantes. A vouloir donner des leçons au monde entier, nous nous retrouvons serviles du monde entier. Car aujourd'hui c'est l'Anglais, mais demain ce sera le Chinois ou le Russe, indifféremment, pourvu que ce soit un pays fort et qui puisse ensemencer notre vacuité.

Un peuple sans langue n'existe plus. Ainsi la révolution française apparaît aujourd'hui pour ce qu'elle est : un mouvement suicidaire. Et pour faire ce constat, une simple notice de mixeur moderne y suffit.   

Posté par Sebastien CORNUT à 11:30 - Humeurs - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur Esclavage mental

Nouveau commentaire
 
Tous droits réservés