13 janvier 2019

Les beaux gilets jaunes

Le monde laid de la surconsommation nous propose des images terriblement parfaites, hideuses, retouchées de partout. 

Heureusement, il y a le gilet jaune, couvert de son sac de cendres, qui patauge dans la boue des ronds points, qui s'exprime crûment, sans filtre, au premier degré, loin de la parole mensongère de tous ces faux puissants insincères. Le vrai est repoussant mais beau. Le mensonge est séduisant mais laid. Acquérir ce regard, c'est le travail de toute une existence. 

Je vous propose donc une série de 3 images pour apprendre à voir, avec moi, avec eux :

Jérémy m'a observé agir avec mon appareil, puis il m'a demandé de prendre un cliché de lui car il veut devenir célèbre et il est persuadé qu'il a rencontré la bonne personne. Il s'imagine que je suis quelqu'un de très riche et il entend bien que je lui donne un bon million d'euros. Je lui réponds moitié moitié si j'arrive à vendre la photo, car un artiste, c'est pauvre ! Pour entériner notre accord, nous nous serrons la main en rigolant. Cependant, il est très sérieux, et si j'arrive à vendre cette photo, il faudra bien que je lui donne sa part. C'est aussi cela la justice sociale.

Qui est l'artiste : le modèle ou celui qui le croque ? Ici, le modèle me demande de devenir modèle. Ce n'est pas moi qui le choisit. J'ai juste accepté de me laisser porter. Du coup, il est autant responsable que moi de la photo et il est normal qu'il ait sa part d'intéressement.

Autour, les autres gilets jaunes nous regardent avec stupeur. Ils ont peur de la caméra. Ils se méfient du média. Déjà le progrès n'est plus toujours vu comme un progrès. Et eux, ils ne savent pas si c'est du lard ou du cochon. Ils n'ont pas confiance en moi, ils voudraient se laisser aller un peu, qu'il y ait une place pour la rencontre. Cette rencontre, elle sera entière avec le plus humble de tous, qui osera se montrer aux yeux du monde sans calcul, en assumant ses désirs de gloire. Le voilà :

 

giletjaune2

 

 

Plus en arrière, le campement a été évacué par les gendarmes. Mais les gilets jaunes ont voulu marquer leur territoire. Du coup, ils ont mis les 10 croix symbolisant les 10 personnes tuées depuis le début du mouvement. Notre ministre de l'intérieur a accusé les gilets jaunes d'être responsables de leur mort. En vérité, le nombre de morts sur la route a diminué durant l'action des gilets jaunes, car les gens ont dû rouler plus doucement, quand ils ont réussi à rouler. La destruction de la quasi totalité des radars en France n'a pas non plus fait baisser le niveau de sécurité. Discours/Propagande.

Des gilets jaunes sont morts, voilà la certitude, et d'autres ont eu un accident qu'ils n'auraient peut-être pas eu ailleurs mais qui était de leur responsabilité. Sans parler des 87 gilets jaunes qui à ce jour ont été gravement blessées par les CRS, amputées des mains, éborgnées alors qu'ils manifestaient pour la plupart tranquillement. Réalité/Propagande

Sur ce rond point, il n'y a rien, que l'absence, ces dix croix étant seules et abandonnées, comme dans un cimetière. C'est le cimetière des gilets jaunes, émergence d'un désir de religion sacrificiel, résurgence d'une mémoire christique :

 

giletjaune1

 

Face aux croix, si vous vous retournez, le camp a été reconstruit à la hâte. Ultime résistance d'un ancrage local, le village jouxte le cimetière, le foyer, le feu, le café, la discussion,la boue, la rencontre, la Gaule éternelle malgré les éléments qui se déchaînent et une de ces grosses enseignes commerciales qui ont remplacé nos églises. 

 

giletjaune3

 

Tout y est.

 

Posté par Sebastien CORNUT à 22:16 - Portraits - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Les beaux gilets jaunes

Nouveau commentaire
 
Tous droits réservés